Les billets d’un jour sans fin

Tout d’abord le covid. Puis le premier confinement, les masques, les courbes bondissantes de cas positifs. Un second confinement avec, en prime, le masque pour les enfants de six ans. Soudainement, avant d’envisager complètement de masquer les nouveau-nés, au cœur d’une forêt de chiffres, un long glapissement et quelques croassements se firent entendre. Une alerte. Le monde brûlait bien d’une fièvre. Une fièvre longue comme un jour sans fin. Une fièvre mauvaise comme chaque décennie sait en produire. La nôtre est aujourd’hui sanitaire. Qu’importe. Nous la mesurerons, guettant, reniflant, et par dessus tout craignant qu’elle ne s’avère en définitive, ainsi que la cuistrerie, incurable.

Nos derniers articles

Photo de Erik Mclean sur Pexels.com
Aucun commentaire à afficher.